jeudi 7 février 2019

Blondy Pouffy (chanson avec lien youtube)






 Blondy Pouffy

Lolita suce sa lollipops
Dans le miroir de ses yeux
Parfois je vois des bouts d’horreur
Quand dans sa bouche lollipops
Le sucre coule en encre bleue
Et sur ses seins de la sueur
Tandis que fond la lollipops

Lolita mange un fruit amer
Une lollipops à la vanille
Le sucre coule de ses cheveux
Quand Lolita pense à son père
Et dans ses yeux petite fille
Tremble l’orage d’une nuit bleue
Et sur sa peau le goût d’la mer

Sur le dance floor elle s’éclate
Et les cachets donnent à sa gorge
Tous les reflets de lollipops
Sur sa chevelure écarlate
Sa peau d’une couleur d’orge
Quand sur ses dents la lollipops
Y va et vient à grande hâte

C’est Lolita ton plus beau rôle
Une lollipops au creux des lèvres
Et suce encore ton amertume
Dans les brouillards de ton alcool
Orne ton sein comme un orfèvre
La lollipops sous la brume
Et sur ta langue appelle Eole

Si Lolita ses yeux s’envolent
Et lollipops frénétique
Petits cachets deviennent plumes
S’ouvre à la lune l’anémone
Quand suce sa bouche asthénique
Et s’écroule sur le bitume
La Lolita dans du formol

Numéro deux sur la New Orleans Suite (poème inspiré de Duke Ellington)

  • Numéro deux sur la New Orleans Suite -


Cette musique
Comme si elle m'était destinée,
Des voyages de larmes dans
Le désert
Comme si,
Les chanceux avancent de leur pas lourd
Comme si,
Le sable roule sur nos yeux
Cette musique comme un pays lointain
Comme si,
L'oasis se réveille
Sur le sable déjà chaud
Bye bye mon légionnaire
Comme si le soleil tape
Y te quiero
Comme si je suis musique
Gravé dans la peau
La tempête commence
Les tambours désertés

samedi 2 février 2019

Gros connard (chanson avec lien youtube)






Gros Connard

Alan : Tu connais l’histoire
          Qui m’est arrivée
Manou : Raconte-moi pour voir
: Chuis bien dégoûté
    Comme tu l’avais dit
   C’est un gros connard
M : Ca j’te l’avais dit
   T’avais qu’à me croire
: Tu sais chuis parti
   Tranquille tout peinard
   Et quand chuis rentré
   Tu sais c’que j’ai trouvé ?
: Mais qu’est-ce qu’il a fait
   C’t’espèce d’enfoiré
A : Un double de mes clefs
M : Un double de tes clefs
              Un quoi ?
Nous : Un double de mes/ses clefs
M : Et il a squatté
A : Un double de mes clefs
M : Je te l’avais dit
Nous : C’est un enfoiré !

: Y m’a pris pour un con
   Ca s’ra la baston
M : On va le frapper
   Il l’a bien mérité
   Coup d’crosse sur la gueule
: Y finira aveugle
M : Coup d’pied dans les burnes
: J’l’envoie sur la lune
   Coup d’poing dans la face
   A c’gros dégueulasse
: Coup de bombe à chiottes
   Parce qu’il pue cett’ fiotte
A : J’lui démonte le cul
A coup de massue
M : J’uis décolle ses boutals
   A coup d’fer à ch’val
: J’ui arrache la tête
   A coup de fourchette
Nous : On lui pête  les doigts
    Mais à coup de quoi ?
A : Comme tu m’l’vais dit
   Ca s’est mal fini
M : J’ai toujours raison                              
Nous : Ce mec là est un con !                       
   C’est un gros connard….
  A : C’est un enfoiré
  M : Ce petit… moche

Marie-Lou (Chanson punk)

Marie-Lou



El'r'mue son cul pour deux/trois sous
La vieille blondasse aux chaussures roses
Cette femme de chambre au sourire faux
Dans la furie d'la ménopause

Elle dit oui à tout à tout
Elle lave tes strings et tes caleçons
Elle perd son temps pour deux/trois sous
La vieille qui bave d'vant un bifton

Refrain

Bave bave mon toutou
Bave bave pour un sou
Bave bave Marie-Lou

Sous son sourire les préjugés
Et dans ses yeux que du mépris
El'fera tout pour t'démonter
Et ça au moins c'est bien gratuit

Comme en dehors elle a pas d'vie
El's'venge sur moi à son boulot
Mais tout se paye ma bonne amie
Et même la bave du crapaud

Refrain

Dans sa liquette elle est terrible
Elle travaille en chemise de nuit
Et maquillée c'est trop horrible
Mais à son âge tout est permis

Et lorsque toi tu te fais mal
Elle esquisse un sournois rictus
Faut pas s'moquer c'est hormonal
Elle a un balai dans l'anus

Refrain + elle en bave Marie-Lou

dimanche 27 janvier 2019

Nessian (chanson avec lien youtube)



"Nessian" par les Najhma Fajar (2006)
Photo credits by l'école de cinéma de Rennes (promo 2006)



Nessian (avec bruit de pluie au début)

Me souvenir Nessian
De ces soirées d’oubli
M’en rappeler chaque soir
Me rappeler la nuit

Ne pas bouger Nessian
Quand tes ailes me frôlent
Oubli comme une aube qui chante
Nessian mes souvenirs de soie

Respirer encore Nessian
Et boire le sel à tes lèvres
Oublier mes songes dans tes bras
Briller aux étoiles de l’aube

Me rappeler Nessian
Les souvenirs d’avant
Tous les baisers de pourpre
Ti voglio amore

Et récolter Nessian
Le fruit de mes oublis
Et toutes les orchidées
Qui dansent encore dans l’aube

dimanche 16 décembre 2018

Réflexions sur l'Autobiographie à Pagoda

Ce texte autobiographique a été écrit fin 2004, début 2005, difficile de bien savoir, mais Pagoda était encore en vie. Je pense à décembre 2004. Mes cahiers sont toujours difficiles à dater, même pour moi! D'ailleurs c'est une mission vouée à l'échec...

Enfin bref, voici les réflexions que ce texte m'inspire pour le moment.

Pour commencer, cette partie du texte publiée n'était pas la plus compliquée en terme de réécriture. J'y décris le début de la vie de Pagoda, son caractère, ses aventures diverses et variées. Les temps étaient au passé, c'était assez simple. Pour la partie suivante c'est plus difficile, les temps sont au présent, Pagoda était encore vivant. Je dois donc modifier ça par souci de cohérence. Cela fait plus de quinze ans qu'il est décédé, bientôt seize, et je ne réussis toujours pas à faire mon deuil. Enfin ça vient, mais c'est long, complexe et ça implique plus d'enjeux que la simple mort d'un rat.

Déjà son âme m'importe, je veux croire fermement en la réincarnation et savoir que je pourrai le revoir. Dans cette vie ou une autre, je l'ignore. Peut-être est-il déjà près de moi, je ne sais pas, je ne suis pas assez avancée spirituellement pour le dire. Mais je veux qu'on se retrouve, dans une chambre en bibliothèque en nuage, avec plein de livres et de squatts potentiels pour mon rat chéri. Je veux le revoir faire des nids de nourriture. Je veux le masser à nouveau et l'entendre faire pouik. Le temps qui passe ne change rien à l'amour que je lui porte, mon fils, mon premier né.

Mais il y a un autre enjeu qui prend le dessus depuis quelques temps. C'est le lien avec la maternité. Dans mes animaux je vois des enfants, je leur donne tout l'amour qu'une mère peut donner, pour les remercier de tout l'amour qu'ils me donnent. Et j'aime fort mes enfants, qu'ils soient rats, chats ou plantes... En fait j'ai beaucoup d'amour maternel à donner. Or je ne peux pas me permettre d'avoir des enfants pour plusieurs raisons, bref, je reporte mon amour maternel sur mes animaux. Ils sont ma catharsis. Et ça fait du bien de pouvoir avancer malgré tout. Je suis mère, à ma manière, et en ne faisant pas le deuil de Pagoda, c'est ne pas faire le deuil de ces enfants qui ne verront jamais le jour. Et c'est difficile. Mais la prise de conscience rend les choses moins compliquées^^

Il s'agit donc de mener de front plusieurs deuils, d'avoir foi en mes croyances animistes, d'accepter la vie telle qu'elle se déroule, et d'entamer la réécriture de la deuxième partie de l'Autobiographie!

Je m'arme de courage...